Pubblicazioni

Violence des sentiments et violence de l’histoire.

Le roman français à l’orée du XIXe siècle

Copertina del libro Violence des sentiments et violence de l'histoire.

Textes réunis par Silvia Lorusso

  • Pisa
  • Edizioni ETS
  • 2019
Site de l'éditeur

Joubert écrivait : « Delphine et Amélie de Mansfield sont à mes yeux deux ouvrages épouvantables dont le nom seul fait frissonner mon souvenir. J’ai vu la Salpêtrière et la Révolution et, par une liaison d’idées dont je n’aperçois que le nœud, je crois toujours voir attachées aux caractères de ces livres la chemise des folles et la houppelande de Marat ». Madame de Genlis à son tour observait qu’à Paris, vers la fin du règne de Robespierre, « l’amour même ne fut pas épargné, on en fit un Dieu digne d’être adoré sous l’empire de la terreur, un Dieu féroce qui n’inspirait que des emportements frénétiques, et qui commandait toujours le meurtre et le suicide ».

La Révolution marquait les romans de l’époque, même si souvent ces romans ne parlaient pas des événements contemporains. Les contributions de Fabienne Bercegol, Benedetta Craveri, Michel Delon, Marie-Bénédicte Diethelm, Cornelia Klettke, Silvia Lorusso, Patrizia Oppici, Jean-Marie Roulin s’interrogent sur les formes de ce rapport, aussi inévitable et fort que subtil et oblique.

Torna su